Bride

« Comment j’ai trouvé ma robe » par Allison de Mon Grain de Sucre

7 décembre 2012

Allison, c’est la toute première blogueuse que j’ai rencontré en chaire et en os. C’était il y a un peu plus d’un an pendant le salon du Mariage au Carrousel du Louvre, sur l’appétissant stand de Sugar PlumJe venais d’ouvrir le blog et j’étais ravie de rencontrer une future-mariée, blogueuse cuisine de surcroit et familière de la wedosphère. 

A l’époque, Allison préparait son joli jour dont elle parlait avec des étoiles (en sucre) dans les yeux.  Alors aujourd’hui, je suis particulièrement ravie (et fière) de l’accueuillir sur le blog. D’autant qu’entre temps, je suis devenu accroc à son blog, Mon Grain de Sucre, qui est à peu près aussi addictif qu’un carrot cake Sugar Plum 🙂 Un délice pour les yeux et pour les papilles. Si vous ne le connaissez pas, filez y faire un tour

Et tant que vous y êtes, jetez aussi un oeil au shooting gourmand qu’elle réalisé avec Nessa et la photographe Fleur de Sucre,  publié sur la Mariée aux Pieds Nus et dans le livre de Laure Faraggi, « Les Sweet Tables ».

Depuis, la belle a dit oui à son groom. Une journée qui fourmillait de détails à tomber. Des mariés élégants, rayonnants, émus et émouvants, un décor enchanteur.  Le tout capturé avec finesse par Pauline F Photography.  Là encore je ne saurais que trop vous conseiller de faire un tour sur le blog de la Mariée aux Pieds Nus qui a publié leur joli jour. Attention les yeux ! Allison y est juste sublime dans sa robe au dos nu vertigineux. Et justement, si elle a accepté mon invitation aujourd’hui, c’est pour vous parler de cette robe renversante, qui pour ne rien gâcher, cache une très jolie histoire. 

Je laisse Allison vous la raconter.

 

 alison-grain-de-sucre-1

Pauline F Photography


 » Depuis toute petite, ma maman m’a toujours dit que c’est elle qui ferait ma robe. A peine, je savais parler que j’avais déjà compris que je pourrais compter sur elle le jour venu. Et oui, ma maman a fait des études dans la confection et a longtemps été modéliste. Avant moi, elle avait déjà habillé plusieurs mariées sur-mesure qui venaient essayer leur robe à la maison et me faisaient rêver. Alors quand le grand jour est arrivé, j’ai enfin pu me mettre en quête du modèle…

C’était un sacré avantage, pouvoir regarder toutes les robes de créateur sans avoir à m’occuper du prix et j’ai adoré ça ! Bien sur, j’ai commencé par la magnifique Delphine Manivet qui commençait à se faire connaître à l’époque. Je suis tout de suite tombée amoureuse de son style si délicat ! Un petit essayage avec des copines s’est vite imposé. J’y suis allée pour essayer « Agapan », j’adorais son style rétro. Et comme toujours, c’est finalement « Raphaëlle » qui a fait Waouh en sortant de la cabine sur les talons de 11 prêtés pour l’occasion…


alison-grain-de-sucre-4 alison-grain-de-sucre-3

A gauche, le modèle « Agapan » et à droite la robe « Raphaëlle » de Delphine Manivet

 

C’est vrai que je me sentais belle dans cette robe avec cette dentelle et ce dos nu mais je me suis vite rendu compte que quelque chose n’allait pas. Je ne le sentais pas, c’est tout. Après quelques jours, j’ai su pourquoi, je ne parvenais pas à imaginer mon fiancé à côté de moi dans cette robe. Elle était sublime, elle m’allait très bien mais ce n’était pas « nous ».J’ai donc gardé l’idée du dos nu, une obsession chez moi depuis l’âge de 5 ans, et de la dentelle pour le côté romantique et vintage. Et je suis repartie en quête…

C’est là que je suis tombée sur une autre grande dame de la robe de mariée, anglaise cette fois : Jenny Packham. J’ai flashé sur ces robes et surtout l’une d’entre elles : « Syrie ».


alison-grain-de-sucre-5

Robe « Syrie » de Jenny Packham

Mais impossible de l’essayer. Le magasin parisien ne l’avait pas et il aurait fallu aller à Londres. J’ai beaucoup hésité (une excuse pour aller à Londres, quel dommage !) et puis finalement, c’était trop compliqué. Mais cette fois-ci, c’était une évidence, pas besoin de l’essayer pour le ressentir. C’était un peu flippant de partir sur un modèle sans l’avoir essayer mais j’avais confiance. J’ai trouvé une chouette dentelle après des heures de recherches pour quelques dollars sur Etsy et la soie chez un ancien fournisseur de ma maman. On a fait énormément d’essayages et de toiles car la torsade de la poitrine demandait une prouesse technique. Deux semaines avant le mariage, il y avait encore des retouches à faire. Ma maman y passa des journées entières, des nuits à y penser mais elle fut si fière lorsqu’elle me la transmit quelques jours avant le mariage bien emballée. C’est elle qui m’aida à l’enfiler le jour J et ‘était un moment magique. Merci Maman ! »

 

alison-grain-de-sucre-2

Pauline F Photography

 

Un immense merci à toi, Allison d’avoir accepté de partager cette histoire avec nous ! 

Retrouvez Allison sur son blog: www.mongraindesucre.com

Vous aimerez peut-être aussi

Il n’y a pas de commentaire

Laissez un commentaire